L€EXPERT RéPOND

Home / L’Expert Répond

Comment choisir un substrat professionnel de la Ligne LightTer ?

L’assortiment tout entier des substrats Fertil – DSP a été conçu et structuré en fonction des caractéristiques des matériaux les constituant.
Il en découle que le choix de culture doit lui aussi être effectué en fonction des mêmes critères. En d’autres termes, il ne faut pas choisir le terreau en fonction de la plante spécifique cultivée mais en fonction de la méthodologie spécifique de culture adoptée.


Qu’entend-on par caractéristiques physiques ?

Par propriétés physiques du substrat, on entend en fait les caractéristiques déterminées par la distribution spatiale de la particule solide, par ses dimensions et par sa nature.
Les propriétés physiques sont fondamentales car elles fournissent de précieuses indications sur la méthode d’irrigation la mieux adaptée (et à employer), sur les dimensions du récipient le mieux adapté, etc. Pour s’orienter dans le contenu des Fiches Techniques du Produit ou du catalogue, il est nécessaire de bien avoir compris quelques concepts et notions concernant précisément les caractéristiques physiques des substrats.


Quelles sont les principales caractéristiques physiques ?

Densité apparente sèche (Bulk density) :
Exprime le poids sec d’un volume connu de terreau. Il s’agit tout simplement d’un poids spécifique qui se réfère toutefois au matériau séché à 105°C et non au terreau tel quel. La valeur de la densité apparente sèche fournit de précieuses indications sur la composition et sur la structure physique du mélange ;
Volume d’eau à pF1 et à pF2 :
La quantité d’eau rendue disponible pour l’absorption végétale dans un substrat tourbeux pour la culture en pot est comprise entre deux valeurs de force de succion (force exercée par les racines dans l’eau ou d’absorption et analytiquement déterminable en termes de tension : hauteur de colonne d’eau). Les deux valeurs correspondent à 10 cm de colonne d’eau (pF1) et à 100 cm (pF2). La première valeur correspond au pourcentage en volume d’eau dans la situation de « capacité du pot », à savoir après l’évacuation due à la force de gravité.
La différence entre les valeurs correspond au pourcentage en volume d’eau disponible pour les plantes (eau facilement disponible + eau de réserve).
Le concept ici décrit se retrouve dans la courbe de rétention hydrique.
Classe hydrologique :
Par le concept de classe hydrologique on sous-entend l’unité de classement des substrats selon la classification proposée par la fondation R.H.P. Les substrats caractérisés par des capacités pour l’air différentes appartiennent à des classes hydrologiques différentes.

Curva di ritenzione

 

Classi


Comment choisit-on le terreau le mieux adapté ?

Du point de vue agronomique, le critère à adopter pour un choix approprié est le suivant :
Des substrats caractérisés par une capacité élevée pour l’air, c’est-à-dire par une classe hydrologique basse, sont indiqués pour : la culture en pot de grande taille (> 16 cm), pour la culture d’espèces à cycle long, pour les systèmes d’irrigation Ebb and Flow (table à marée), pour les espèces sensibles aux pathologies radicales ; en revanche, des substrats caractérisés par une plus faible capacité pour l’air, c’est-à-dire pour une classe hydrologique élevée, sont davantage indiqués pour : la culture dans des pots de petites ou moyennes dimensions, les cultures à cycle moyen ou court, les systèmes d’irrigation par aspersion ou subirrigation. Une fois ces concepts agronomiques de base clarifiés, chaque cultivateur devra choisir son propre substrat en analysant dans les détails son système de culture (type d’irrigation, type de pot, etc.).